LOULOU MON AMI…

A toi Jean-Louis mon ami…

J’ai encore le souvenir de cette fin de journée d’été chaude
brassée par un vent sec et brûlant.
Dans les champs de blé tout juste moissonnés,
les balles rondes rythment les champs,
témoignage de l’intense travail de la terre.

Alignées à intervalles réguliers
sur le sol strié de chaume court,
leur blondeur dorée s’harmonise
au bleu du ciel qui s’éteint lentement,
dans la fraîcheur du soir.

Après des mois cheveux au vent,
cette terre que tu aimes tant,
s’est fait faire une coupe à ras.
A la Botterie, la moissonneuse,
dans des nuages de poussière sublimes,
termine la récolte de la dernière parcelle.

Je sens encore l’odeur de la paille chaude et un peu irritante
que l’on a envie d’humer à grandes inspirations,
ce parfum délicieux de l’herbe qui sèche.

Michèle nous attend pour le dîner… Le temps s’écoule.
C’est un bonheur éphémère de juin.

Tu l’aimais cette terre, tu la connaissais par cœur cette parcelle.
Tu en as parcourus la surface machinalement.
On peut refaire des yeux le chemin de ton tracteur,
tandis que le passage de ses roues dessine les marques grasses
qui se verront encore des mois plus tard.

Le blé a germé comme un duvet vert, puis poussé,
grandi, blondi au soleil de l’été,
jusqu’à être à point pour la récolte.

En cette journée de mois de juin,
cette brosse blonde qui coiffe les champs
raconte les saisons qui passent.

Les moissons à venir se souviendront toujours de ton passage.

R.A

DESSIN BOTTERIE

Articles récents

Archives

Catégories

Commentaires

admin5356 Écrit par :