QUIOSQUES, PATRIMÓNIO CULTURAL URBANO

Os quiosques de Lisboa

A l’image du Portugal tout entier, Lisbonne a donc aussi ses kiosques classiques. Ils recréent à leur manière l’ambiance et l’atmosphère de la fin du XIXè siècle à Lisbonne.

Le Kiosque en général fait partie des habitudes ancrées au Portugal. Il s’agit d’une sorte de buvette publique à l’esthétique rappelant l’allure d’un kiosque à journaux, entourée d’une terrasse à laquelle on peut s’attabler, boire ou manger des repas légers, tout en profitant du soleil, lier connaissance ou observer la vie qui s’étire au rythme du Portugal.

Ils sont installés dans des jardins publics (très prisés par les lisboètes), sur les belvédères (miradouros) ou encore dans des endroits caractéristiques et emblématiques, comme l’avenue Da Liberdade. A l’image de Lisbonne, ces kiosques sont “à la page“ et on peut y bénéficier de connexions internet gratuites. Il est également possible de déguster des “petiscos“ (des en-cas qui s’adapteront à la saison) gastronomie typique de Lisbonne ou de sa région. Les Quiosques peuvent être considérés comme des cafés avec terrasse mais ayant la particularité de se trouver en des lieux caractéristiques, souhaitant ainsi offrir aux clients un environnement particulier et sympathique.

Les kiosques de Lisbonne se trouvent sur l’avenue Da Liberdade, Largo Camoes (au Chiado), Parc Eduardo VII, (Place) Principe Real, Dans l’Eucaliptal de Benfica, jardin de Botto Machado, Jardin Da Estrela, Jardin Das Francesinhas, jardin Do Torrel, Jardin Das Amoreiras. Ils sont ouverts généralement toute l’année de 7h à 24h. Quelques uns d’entre eux peuvent cependant avoir des horaires un peu plus étalés. En vous rendant à Lisbonne, ne manquez donc pas de vous attabler à la terrasse d’un de ces quiosques lisboètes, et de vous imprégner de l’atmosphère qui y régnera.

L’exploitation des kiosques est faite par des propriétaires privés. Il s’agit de concessions attribuées pour quelques années dont la durée diffère selon les cas. qui ont fait récemment l’objet d’une offre publique. Concrètement, cela signifie que l’exploitation d’un kiosque est ouvert à tout le monde. Une manière très singulière offert à tout à chacun de s’accaparer sa ville. Pas bête.

Nous ne ferons pas ici le parallèle avec les kiosques “emblématiques » parisiens, qu’une certaine mairie qui se veut le chantre de la modernité à n’importe quel prix, tente de substituer à un design d’un non sens regrettable. Ce qui constitue le charme de toute ville, ce sont les rappels de leur histoire architecturale urbaine. On peut être moderne avec des kiosques connectés qui vendent des journaux, des places de spectacles ou des cartes de vélo en partage, tout en respectant la mémoire de leurs codes urbains, codes qui ont été étudiés pour s’inscrire dans un patrimoine historique… Cela est tout à fait compatible et souhaitable pour le tourisme. Les taxis jaunes de New York, les cabines rouge de Londres… en sont, comme les Quiosques de Lisboa, les témoins intemporels.

 

 

Timbres portugais

Kiosque parisien actuel

Kiosque parisien actuel et nouveau projet

 

Prototype du nouveau kiosque visible place Victor et Hélène Basch à Paris

 

Le kiosque parisien actuel et le projet du nouveau modèle designé par une italienne. Vitrines réfrigérées, écrans tactiles, matériaux plus verts, chauffage avec plancher isolant, isolation thermique… Tout a été pensé pour rendre ces lieux de vente plus accueillants et surtout, plus confortables pour leurs vendeurs, qui se plaignent depuis de nombreuses années de leurs conditions de travail particulièrement difficiles en hiver. Alors tout ça pour de meilleures conditions de travail ? Beaucoup restent dubitatifs ! Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. A vous de vous faire une opinion…

Articles récents

Archives

Catégories

Commentaires

admin5356 Écrit par :